Commune de Broye-Vully
Trey
Greffe  
Place du Collège 1
1552 Trey
Tél + fax : 026/668.29.35
greffe(at)trey.ch
MàJ 18.04.17
 
 
Document sans titre
Document sans titre
 
Lire
Benne pour déchets verts
Grippe aviaire : fin des mesures de prévention
Rentes AVS
Rentes AI
Tour de Romandie 2017Lire
Connaissance 3Lire
Météo Trey
Source : Tameteo.com
Quelques repères historiques

La première mention de la famille de Trey remonte à 1138 sous le nom de Treis; puis, les graphies évoluent : Trais (1142), Trees (1213), Treys (1254) et Treyz (1311). Selon les propos du site NOMS DE LIEUX DE SUISSE ROMANDE, SAVOIE ET ENVIRONS, ce terme signifiait, à l'origine, le lieu, l´endroit, le pâturage (du latin tractus, quartier, coin de terre, endroit). La seigneurie de Trey fut progressivement démembrée durant le Moyen Age et le village et son territoire furent placés sous l'autorité de Payerne après l'invasion bernoise (1536). Lors de la Révolution vaudoise (1798), le village dépendit du district de Payerne. En 1803, Trey et Granges-sous-Trey formèrent la Commune de Trey.
Trey fit partie de la paroisses de Torny-le-Petit, puis, à la Réforme, elle intégra celle de Granges. De 1840 à 1845, Trey fut érigé en paroisse avant de rejoindre celle de Villarzel en 1925.

Sources : article de Gilbert Marion, Dictionnaire historique de la Suisse, juillet 2011
 
Les armoiries

Les armes de la famille de Trey sont déposés sur les émaux de Payerne (parti de gueules et d’argent). A la suite d’une interprétation erronée, les trois coquilles de ses armoiries ont été prises pour des betatzes (bourses), d’où l’attribution du surnom de « betatzards » aux habitants de Trey; quant aux habitants de Granges-sous-Trey, ils sont appelés les « Leu-baz » ou « Leubas », ceux qui habitent le bas du village.

Source : Paul Fehlmann, Ethniques, Surnoms et Sobriquets des villes et villages, Julien, éditeur à Genève, 1990

Armoiries de Trey